Bijagos

Bijagos

Nom de l’Orgnisation: Casa Ambiente e Cultura Boloma Bijagós, RBABB – Reserve de la Biosfere de Archipel de Bolama Bijagós, IBAP – Institut de la Biodiversité et des Aires Protegées

Soutien financier:  FIBA, Noé Conservation, MAVA, GEF, CBD Habitat

Nombre d’Employés: 34

Nombre de visiteurs chaque année:  750

Objectifs de votre centre

•           D’identifier les principales priorités d’intervention dans les domaines ayant un impact sur la conservation et la gestion durable des ressources naturelles et de la biodiversité ainsi que sur le patrimoine culturel de l’archipel des Bijagós;

•           De formuler un ensemble d’orientations et d’approches qui permettent aux différents intervenants d’inscrire leur action dans une perspective commune, articulée, forte par sa cohérence et l’intégration des composantes et des acteurs;

•           De favoriser un cadre de partenariat et de coopération susceptible de dynamiser l’animation des processus, d’accroitre les synergies des initiatives, de renforcer la capacité collective de plaidoyer en faveur de l’archipel et de proposer un programme d’intervention concerté capable de répondre aux attentes des populations, des autorités et des bailleurs de fonds.

Statistiques Vitales

L’état de conservation des écosystèmes et de la biodiversité dans l’archipel des Bijagós est, d’une manière générale, très bonne. Cela découle, d’une large mesure, de la protection naturelle conférée par son insularité (difficile accès et difficulté dans la vidange des produits), des mesures de conservation traditionnelles adoptées par le peuple Bijagó, ainsi que des mesures de conservation plus récentes, dynamisées par l’IBAP et par ses partenaires (surtout dans les AMPs). Néanmoins, il y a de grandes variations sur ce sujet. Par exemple, si d’une part les importantes populations d’oiseaux d’eau hivernantes ne souffrent pas de menaces sérieuses connues à court ou moyen terme, d’autre part il y a plusieurs espèces de poissons cartilagineux qui ont connues une grave baisse dans leur population qui, dans le cas du poisson-scie Pristis spp, ont déjà amenée à la disparition presque complète de deux espèces, avec plusieurs autres espèces de raies et requins sérieusement menacées. Certaines extinctions régionales ont même été confirmées, c’est le cas de l’éléphant, autrefois abondant à Bolama. Pour beaucoup d’espèces, le statut, les tendances démographiques et les menaces ne sont pas clairement connus, donc il s’impose, en priorité, des actions qui tendent à améliorer cette connaissance.

Des 17 espèces menacés globalement, 15 (soit 88%) sont susceptibles de menaces résultantes des activités de pêche et 8 sont dans les catégories de plus grande menace (En Danger ou En Danger Critique) et sont vulnérables aux accidents provoqués par des arts de pêche ou, dans le cas le plus fréquent, sont mêmes victimes de captures intentionnelles. Il faut aussi signaler que parmi les 17 espèces qui apparaissent comme menacées dans la liste rouge, seulement une (le crocodile nain) ne vit dans la mer. Outre les espèces marines, dans le contexte international les intérêts se focalisent aussi sur les habitats. C’est le cas de la mangrove (tarrafes), les bancs de sable et de vase qui projettent la région côtière de la Guinée-Bissau dans la scène internationale.

Activités de CESP principales

Il existe un besoin de relancer une dynamique de participation collective autour de la gestion de la Réserve de biosphère. Dans la perspective du classement éventuel de l’archipel comme site du Patrimoine Naturel et Culturel Mondial, l’adhésion des acteurs autour des impératifs de conservation s’avère plus cruciale encore. Cela suppose un effort important dans le domaine de la communication destiné à :

► Informer les parties prenantes sur les valeurs des patrimoines naturels et culturels de la Réserve, sur les enjeux, les risques, les règles en vigueur, les opportunités, les mesures à préconiser, les évolutions constatées etc., en considérant que des acteurs bien informés sont susceptibles de contribuer de manière plus performante aux objectifs de la RBABB et des AMPs;

► Animer le processus de conservation et développement durable en partant du principe qu’il s’agit d’un effort collectif qui doit s’organiser autour d’une vision partagée. Cela suppose que la majorité des acteurs, la jeunesse en particulier, soit impliquée dans la dynamique par le biais d’une information vivante, des opportunités d’échange capables de susciter un enthousiasme porteur d’alternatives pour un développement durable et équitable;

► Coordonner les efforts en facilitant les contacts entre les parties prenantes et leur fournissant un niveau égal d’information pour avancer dans les mêmes directions;

► Favoriser des actions de plaidoyer destinées à mieux défendre les intérêts de l’archipel vis-à-vis des opportunités de développement dans l’intérêt des populations locales et de la protection de l’environnement;

► Renforcer l’adhésion des partenaires nationaux et internationaux et, plus globalement, des « amis de l’archipel » qu’il s’agisse de simples citoyens, d’artistes, de chercheurs, de personnalités politiques ou de partenaires du développement pour soutenir la dynamique proposée dans le cadre de ce Plan d’Action.

Trois succés principaux

  1.  Appropraition des populations locales des aspects de conservation sutout avec les Aires Marines Protegees (AMPs)
  2.  Une bonne sensibilisation des poupulations sur les appects de Reserve de Biosphere surtout avec la conservation de la biodiversite dont les oieaux d’eau.
  3.  De tres bon rapports entre institutions pour avoir une un but commun au niveau de  la Reserve de Biosphere.

Trois défis principaux

  1. Manque d’appui aux initiatives locales pour les aspects de developpement
  2. Administration locale est moins soucieuse et procede a la vente des terrains pour la construction des Hotels et autres infrastructures  touristiques sans respecter le zonage de la Reserve de Biosphere

Téchniques de sensibilisation

Création de signes/information sur site; Production de documents écrits; Utilisation d’outils audiovisuels Développement de sentiers naturels

Centres d’accueil

Mise en place d’un nouveau centre d’accueil des visiteurs; Gestion/création d’habitat; Gestion d’un centre d’accueil des visiteurs; Construction/maintenance de structures

Participation

Initiatives envers la communauté locale; Initiatives envers les jeunes; Travaux avec des bénévoles

Education et communication

Travailler avec des écoles primaires; Lobbying / faire campagne; Travailler avec des écoles secondaires

Divers

Les Coordonnées:

Reserva da Biosfera do Arquipélago de Bolama Bijagós, Avenida Dom Settimio Arturo Ferrazzetta, Caixa Postal 70 Bissau, Guiné-Bissau

Tel. (245) 320 71 06/07.   Email: oscini2000@hotmail.com.  Skype: meiodiasepa2005@yahoo.com.br

Addresse du site web:  www.ibap-gbissau.org

The WLI network is endorsed by the Ramsar Convention on wetlands and coordinated by WWT.

Quick links

Contact

Wetland Link International
WWT Slimbridge, Gloucestershire, GL2 7BT, UK
T: +44 (0) 1453 891254
E: info@wli.org.uk Twitter: @wetlandlink