Qu’a fait l’équipe du WLI en 2019 ?

Résumé des activités du personnel et des stagiaires du WLI en 2019.

Chris Rostron a été invité par une ONG nationale, Ramsar France, à participer à leur événement phare de la Journée mondiale des zones humides. Les collègues de WLI au Lac du Grand Lieu ont accueilli l'événement, auquel ont participé 125 invités, dont l'Association Ramsar France, le point focal CESP pour la France, des hommes politiques locaux et même un message pré-enregistré du ministre de l'environnement. Chris a présenté une session sur les centres de zones humides.

Chris faisant une présentation

Fondé par le programme Erasmus+ de l’Union européenne, Biowet a organisé son premier rassemblement de jeunes. Des groupes de Norvège et du Portugal se sont rendus au Royaume-Uni pour réfléchir sur la manière de mesurer le changement climatique dans différents centres d’accueil en zone humide. Ils ont développé un protocole applicable dans les centres d’accueil en zone humide dans les terres en Norvège et sur le littoral portugais et basque. Tous les membres du WLI peuvent l’utiliser et l’adapte

Des jeunes se baissent pour entrer dans un tunnel qui mène à une banque

Cette année encore, nous avons célébré la Journée mondiale des oiseaux migrateurs avec des réunions en duplex avec plusieurs écoles. Dans le cadre de l’initiative « Oiseaux et écoles », nous avons organisé une conférence téléphonique en espagnol en octobre et mai en Amérique et des conférences en anglais et en français en mai. Environ 300 jeunes ont visité des zones humides et en ont discuté pendant 2 jours sur 4 continents. Les événements ont été bien accueillis, et nous continuerons de les mettre en œuvre et de les peaufiner en 2020.

video conference

Samaneh Azizi, stagiaire du WLI pendant la période 2018/2019, est partie fin juin. Grâce à son incroyable expérience au sein du WWT de Slimbridge, elle a amélioré ses compétences en sites Web, réseaux sociaux et anglais. De retour dans son pays natal, l’Iran, nous espérons qu’elle contribuera à de grandes avancées dans l’éducation environnementale.

Samaneh Azizi, stagiaire en 2019, devant le Centre des zones humides de Slimbridge

Le processus de sélection du nouveau stagiaire a été très compétitif. Toutes les personnes interviewées auraient pu nous apporter beaucoup, et c’est très encourageant de voir qu’il existe tant de communicants et d’éducateurs dédiés aux zones humides dans le monde. Le candidat choisi, Adil Boulahia, travaillait dans la communication pour le GREPOM au Maroc. Depuis son arrivée, il a travaillé sur plusieurs plate-formes de réseaux sociaux et nous a permis d’apporter de la robustesse à nos contenus en arabe et en français. Il occupera ses fonctions jusqu’à fin juin 2020.

Adil aux bureaux du WWT

Le directeur du WLI, Chris Rostron, a animé deux conférences en Asie, l’une en personne et l’autre par voie numérique. Il a participé à la réunion du Comité consultatif indépendant sur les Villes des zones humides de Ramsar.La réunion, qui a eu lieu au Ramsar régional de l’Asie de l’est (RRC-EA) en Corée du Sud, avait pour objectif de réviser le processus et de formuler des recommandations pour le prochain cycle d’accréditation « Ville des zones humides ». Il a également été présent par Internet à une séance de travail pendant la réunion du RRC-EA pour réaliser le brouillon de la résolution pour la convention de Ramsar sur l’éducation et les zones humides.

Connor Walsh a participé au Symposium du site de Yancheng inscrit au patrimoine mondial dans la province de Jiangsu en Chine, pour animer un séminaire de 3 heures portant sur la participation du public au nouveau site inscrit au patrimoine mondial. Lors de cet événement, il a rencontré le personnel des centres d’accueil en zone humide de l’est de la Chine, de Hong Kong et de la Corée, des guides d’écotourisme au Cambodge et des éducateurs nature à Singapour. Nous avons aussi profité de l’occasion pour rencontrer la Mangrove Conservation Foundation (MCF), partenaire du WLI, à Shenzhen.

Des ornithologues heureux reçoivent un prix en Chine

Les responsables de l’initiative du trajet migratoire de l’Atlantique EstMigratory Birds for People (MBP) se sont rassemblés au WWT Slimbridge, au Royaume-Uni, en octobre. 20 personnes ont pris part à deux jours de discussions et visites de sites. Lors de cette réunion, les activités des membres ont été résumées, et les préparatifs de la réunion de 2020 au Sénégal ont commencé. Nous avons également découvert l’immense carte en tissu du trajet migratoire développée par le MBP pour des jeux éducatifs.

WLI-Asia-2019-CR-Mr-Chen-Ms-Kim-Mr-Suh_-1024x591

La èmeConférence asiatiquedu WLIa eu lieu au parc naturel de Guandu et au zoo de Taipei en décembre. Environ 100 personnes de centres d’accueil en zone humide de toute la région se sont donné rendez-vous pour partager leurs expériences et planifier les deux années à venir. Nous avons également participé à un échange avec l’Europe : Patric Lorgé a présenté le Biodiversum Center de Remerschen au Luxembourg. Chris Rostron y a représenté WLI International et, conjointement avec Suh Seung-oh, il a signé un Mémorandum d’entente avec le Ramsar régional de l’Asie de l’est (RRC-EA) : selon l’accord, le RRC-EA va continuer de tenir les rênes du WLI Asie pendant les quatre prochaines années, en tenant compte des plans et des idées développés pendant la réunion.

Le comité de surveillance du CESP de la Convention de Ramsar a été réactivé, et une refonte du CESP du programme du Ramsar est en vue (il pourrait y avoir un changement de résolution et de nom !). Nous avons également soutenu le réseau culturel Ramsar avec Dave Pritchard, et nous vous en dirons plus à ce sujet prochainement.

Et l’année en chiffres ?

Neuf nouveaux membres ont rejoint le WLI en 2019.
Notre site Web avait 13 000 utilisateurs.
Notre page Facebook a atteint 1 232 fans.
Notre compte Twitter a désormais 636 fans.
Nous avons envoyé 47 courriels à notre liste de diffusion en trois langues.
Nous avons produit deux bulletins en 2019 : Bulletin 1Bulletin 2.

Qu’en est-il des impacts climatiques ?

L’empreinte carbone de notre personnel et de nos stagiaires en 2019 a été de 17,2 tonnes d’équivalent CO2. 

Nous avons, autant que possible, organisé des réunions virtuelles, par le biais de services comme Skype, Zoom et WeChat. Nos deux employés et nos deux stagiaires ont ainsi partagé environ 70 heures de réunions et d’activités avec les membres du WLI du monde entier.

Changements d’intitulés de poste : l’intitulé du poste de Chris Rostron au sein du WWT a changé. Il est désormais Responsable de l’engagement à l’international, mais cela n’affecte en rien ses fonctions au sein du WLI et du programme CESP de Ramsar. Le stagiaire du WWT, anciennement stagiaire du WLI, est désormais Stagiaire de l’engagement à l’international. L’intitulé du poste est ainsi plus proche de celui des autres membres de l’équipe et permet d’inclure d’autres activités du WWT.

Laissez un commentaire